LA MYRTILLE SAUVAGE

Il faut bien différencier la Myrtille sauvage et la myrtille de culture. Elle peut être qualifiée de "super fruit". 

La Myrtille Sauvage
 un super fruit

La myrtille sauvage et la myrtille cultivée

La myrtille sauvage se différencie de la myrtille cultivée (ou bleuet de culture) .

Elle appartient à la famille des éricacées, Vaccinum myrtillus, Elle pousse sous un climat frais et dans un sol acide et bien drainé. Contrairement aux myrtilles cultivées, les myrtilles sauvages poussent à l’état naturel. On ne peut les planter.

La Myrtille sauvage se récolte à la main au cœur de grands espaces naturels. Nous en trouvons en France à des altitudes de 800m à 1200m, c'est le cas face à notre atelier de production, elles se trouvent dans des landes et des forets de hêtre. En Ardèche on en trouve dans des forets de châtaignier, des forets mixtes ou dans des cols des Vosges.

Mais il faut savoir que les latitudes et le climat de l’Europe du nord et de l'est sont particulièrement propices à la Myrtille Sauvage.

Des grands espaces boréals de Suède, aux forêts de Pologne ou dans les massifs des Carpates, les Myrtilles Sauvages poussent en grande abondance avec une qualité de fruit incomparable. 

 

 

Un fruit trés apprécié, largement consommé,

mais devenu rare.

Connue comme un fruit de montagne au pouvoir d'évocation fort, la Myrtille Sauvage est consommée depuis le moyen age pour ces vertus médicinales.

Elle reste l'un des derniers fruits rouges réellement sauvages consommée.

Mais aujourd'hui la récolte a très fortement diminuée en France. Depuis 30 ans l'abandon des zones de pâturages, laisse place aux forêts naturelles ou plantées, au détriment de landes sauvages propices à la Myrtille. 

De plus, à ce jour, la Myrtille sauvage Française subit les premiers effet du changement climatique, et ne parvient pas à s’acclimater aux latitudes et des altitudes qui demeurent trop limite sur notre territoire.

Le moindre changement climatique a un impact direct sur le développement de la Myrtille; notamment les dernières sécheresses et gelées tardives connues ces dernières années.

Des propriétés en phytothérapie reconnues.

La myrtille est employée comme traitement de phytothérapie depuis un millénaire. Dès le Moyen Age, elle était utilisée en Europe dans les cas de diarrhée pour ses propriétés anti bactérienne. Au cours des siècles, d'autres utilisations thérapeutiques de la myrtille firent leur apparition dans la médecine occidentale : les feuilles avaient la réputation d'abaisser le taux de sucre dans le sang, ce qui en faisait un remède contre le diabète. La myrtille a été utilisée pour traiter les problèmes circulatoires. L'emploi de cette baie dans les cas de maladies oculaires, comme le glaucome ou la cataracte, s'est maintenu jusqu'au XXe siècle. 

Aujourd'hui nous savons qu'elle est riche en vitamine C et en antioxydants sous forme de flavonoïdes, ces fruits sont des champions de la lutte contre le vieillissement.

Ses vertus thérapeutiques agiraient sur différents troubles comme l’asthme, les troubles de la micro-circulation, les infections urinaires ainsi que les problèmes de peau comme l’eczéma.

Certaines études estiment que les bienfaits des myrtilles auraient également un impact sur le diabète, l’apprentissage, la mémoire et la maladie d’Alzheimer, mais des travaux supplémentaires sont nécessaires pour confirmer ces affirmations.

L’extrait de myrtille possède une quantité élevée d’antioxydants capables d’inhiber la croissance de certaines cellules cancéreuses. En plus, les flavonoïdes auraient un effet protecteur contre le cancer.

D’autres études doivent être menées pour en savoir plus sur cet effet anti-cancer, mais les propriétés antioxydantes de la myrtille ne font aucun doute.

La Myrtille est efficace pour soigner les troubles digestifs ( diarhée, constipation), elle joue un rôle régulateur doux.

Parmi les éléments antioxydants présents dans les myrtilles se trouve le ptérostilbène, un stimulant naturel du système immunitaire très utile pour lutter contre les infections.

Aucune étude scientifique n’a confirmé cette vertu, mais il paraît que pendant la 2ème guerre mondiale, les pilotes anglais ont échappé aux contrôles des allemands en consommant de grandes quantités de myrtilles. Leur vision nocturne aurait été nettement meilleure grâce à cette technique.